Le complexe de la servante

Y U NO have maid? Third world problem

Dans un article précédent, je comparais les mœurs des pays riches à celles des pays pauvres. Dans la même veine, on va zoomer sur le pays pauvre tout seul, et faire la part des choses.

Mon article précédent ne traitait que des classes moyennes, que je considérais comme « la moyenne » de la société, comme son nom l’indique. Les classes moyennes des pays pauvres, disais-je, vivent bien plus confortablement que celles des pays riches. Intéressons-nous de plus près à ce confort.

Les classe moyennes du tiers-monde ont, bien entendu, un pouvoir d’achat absolu largement inférieur à leur équivalent du premier-monde. Ce qui les place en défaveur flagrante face à l’achat d’un produit de la mondialisation. Un iPhone, par exemple, coute le même prix aux USA qu’au Mexique. Mais le salaire moyen est très différent. Un membre de la classe moyenne Mexicain devra donc se saigner davantage pour faire partie du club de fanboys.

Mais il faut réaliser que seule une faible proportion d’un budget familial moyen est consacré à l’acquisition de produits de la mondialisation. Et, si la part « loyer » a bien des chances d’être proportionnellement équivalente entre le premier et le tiers-monde, les autres dépenses ont un profil bien différent. Continuer la lecture de « Le complexe de la servante »

Posted from Merida, Yucatan, Mexico.