Les filles blanches sont toutes des salopes

Fraichement arrivé d’Asie en Australie, je repense à ce que me disait ma copine Monolita à Kochi : « Pour les Indiens, les filles blanches sont toutes des salopes ». Par « salope », on entend ici « sexuellement décomplexée au point de se balader les jambes et les épaules à l’air », et son pendant direct fortement inspiré par les clips Mtv : « qui baisent à droite à gauche, comme elles respirent ».

En Australie, la quasi-moitié de la population est composée de filles blanches. Et, après un mois privé de jambes, j’ai du mal à regarder où je marche dans la rue. « Toutes des salopes ! », crie mon cerveau reptilien. « Ferme ta gueule et admire » répond mon cortex. Imaginez si j’avais vécu toute ma vie en Inde.

À côté de moi, Elsy jubile. Plus besoin de suer à litres dans un pantalon quand il fait chaud. Plus besoin de se couvrir les épaules quand elle porte un débardeur. Elle donne le sein à Petit Bibi dans le train bondé, personne ne dévisage. Et elle peut enfin se foutre à l’eau en maillot de bain. En Inde, elle restait sur le bord, les dents serrées, pendant que moi et les mâles indiens faisions les fous dans les vagues en regardant les indiennes en sari faire trempette jusqu’aux genoux. Elle a l’impression de sortir de prison. J’aurais pu deviner, mais je ne me rendais pas compte à quel point la pudibonderie indienne l’avait opprimée. J’ai bien fait de lui demander son avis sur les salopes, sinon je ne m’en serais peut-être jamais rendu compte.

Une pensée sur “Les filles blanches sont toutes des salopes”

  1. Ah ah effectivement, j’étais en Inde l’année dernière, et dans le train, j’ai fait la connaissance de deux indiens, un jeune et un plus vieux. Etant une femme européenne, Santosh, le jeune a voulu me montrer la vision qu’il avait des européennes et que le vieux partageait, à l’aide d’un clip vidéo indien. Et bien, le modèle de la femme montré se rapprochait plus d’une prostituée que d’une européenne. J’entends par là, maquillage à outrance, minirobe moulante à hauteur du coquillage, décolleté plongeant, talons aiguilles, et comportement aguicheur. Rien à voir avec « la femme européenne » et en particulier les françaises. Autant dire que je ne me suis pas gêné pour le corriger étant moi-même habillée à l’indienne dans son pays!

Laisser un commentaire