La vérité sur les films Bollywood

En Europe, on ne peut pas se faire un resto indien sans se retrouver forcé de regarder des indiens trop blancs pour être honnêtes se trémousser en rang comme à l’armée sur une musique débile avec un danseur et une danseuse qui ont l’air en rut mais qui ont aussi l’air de ne pas avoir le droit de se toucher.

Les plus aventureux ont peut-être même regardé en entier une de ces comédies musicales de trois heures où un scénario insipide n’est qu’un prétexte à deux heures quarante-cinq de danse-en-rang-et-en-rut-mais-on-ne-peut-pas-se-toucher.

J’en était arrivé au point où je me disais que la notion d’art est subjective, et que ce que je considère comme un bon film ferait snobement ricaner un connaisseur de Bollywood, qui pourrait me parler avec exaltation, pendant des heures, des fines variations dans la manière de simuler un baiser sans se toucher pendant qu’une petite armée de chorégraphe-figurants sautille autour du couple d’acteurs.

Fort heureusement, il n’en est rien. Si le cinéma indien produit effectivement son content de comédie musicales débiles, ce n’est que dans les même proportions qu’Hollywood nous sort un Megashark VS Giant Octopus un mercredi sur deux. En parallèle, on trouve des films normaux comme celui que nous avons été voir : Dedh Ishqya.

C’est l’histoire de deux petits escrocs dont l’un décide de lâcher son partenaire pour se faire passer pour un poète et essayer de séduire la veuve d’un nawab local. L’autre le retrouve et… Bref, c’est un bon scénario. Mais ce qui m’a le plus frappé, c’est le niveau de professionnalisme, l’attention au détail, les plans parfaits, dans leur composition, une lumière impeccable, les effets sonores très calculés, les acteurs excellents… Du grand cinéma.

Et en plus, à un moment, y en a qui se roulent des pelles ; et qui se touchent ! Pour de vrai ! Je croyais que c’était interdit…

Pas une seule scène de danse-en-rang. Mais une scène absolument magnifique où la veuve, qui est une ancienne danseuse, danse seule dans sa chambre et c’est beau à pleurer. J’ai essayé de vous la trouver sur les interwebs, sans succès.

Tiendez, la bandanonce :

https://www.youtube.com/watch?v=4jAfLZltc9M&feature=youtube_gdata_player

Posted from Kochi, Kerala, India.

Laisser un commentaire